Podcast "Allo CAP EMPLOI" #7 : L'Agefiph

Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées

Agefiph est un accronyme qui est souvent prononcé dans notre podcast et qui signifie : Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées.

L’intérêt de ce podcast est de permettre aux différents publics des CAP EMPLOI de prendre connaissance des divers services de l’Organisme de Placement Spécialisés au service des personnes handicapées et des employeurs. Et notamment de produire de la documentation parfaitement adaptée aux publics malvoyants.

Ce podcast est un outil ludique pour les malvoyants, mais nous devons aussi penser aux malentendants, c'est pourquoi vous retrouverez la retranscription du podcast ci-dessous :

Vous pouvez nous suivre et vous abonner sur Podcast Addict, Spotify, Deezer, l'application Apple ou directement sur ausha...

RETRANSCRIPTION DU PODCAST

INTRO : Bonjour et bienvenue dans votre nouvel épisode du podcast ALLO Cap emploi, si vous avez des questions sur le handicap et sur l’emploi, vous êtes au bon endroit.

JINGLE « ALLO Cap emploi »

Guillaume : La dernière fois, nous vous parlions d’une formation financé par l’Agefiph. Il est donc temps de se poser la question du financement de tous les dispositifs dont nous vous parlons depuis plusieurs podcasts. C’est pourquoi, pour approfondir ce sujet, je reçois Emilie Oukoloff, la Déléguée Régionale Adjointe Grand Est de l’Agefiph. Agefiph est un accronyme que j’ai souvent prononcé précédemment et qui signifie : Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées.

Guillaume : Bonjour Emilie Oukoloff, comment allez-vous ?

Emilie Oukoloff : Très bien, je vous remercie. Et merci de l’invitation. Je suis ravis d’être avec vous ce matin pour cet échange.

Guillaume : Est-ce que vous pouvez expliquer à nos auditeurs à quoi sert l’Agefiph ainsi que votre rôle au sein de cet organisme ?

Emilie Oukoloff : Bien sûr. Alors l'Agefiph est une organisation reconnue d'utilité publique qui est gouvernée par un collège paritaire de représentants d'employeurs, de salariés et d'associations qui oeuvrent pour l'inclusion des personnes en situation de handicap dans le monde du travail.

L'Agefiph est, avant tout, connue pour être gestionnaire d'un fond au service des personnes et des entreprises pour les aides qu'elle met à leur disposition. Et à celles du service publique de l'emploi pour accompagner les parcours professionnels. Mais une part importante de notre mission, consiste à déployer une offre de services beaucoup plus large. 

Par exemple, une offre au service des entreprises pour les aider à construire une pratique de ressource humaine inclusive. Pour accompagner et outiller les référents handicap. Car vous savez que c'est désormais une obligation dans les entreprises de plus de 250 salariés.  On organise d'ailleurs tout prochainement, du 6 au 9 octobre, la première édition nationale de l'université des référents handicap, qui est donc destiné aux référents handicap des entreprises et des ressources humaines. Mais aussi à toutes les personnes qui travaillent à l'inclusion des personnes en situation de handicap dans les entreprises pour pouvoir proposer des modules de formations, des échanges thématiques, des conférences, des moments d'échanges. Il y aura une édition de cette université, chaque année.

On propose également une offre de service pour les grands acteurs de l'emploi et de la formation, afin qu'ils puissent accompagner la prise en compte et la réponse aux besoins des personnes en situation de handicap appuyer et outiller les référents handicap dans les réseaux du service public de l'emploi, les organismes de formations... En fait, nous sommes engagés avec nos partenaires de progrès permanente de l'inclusion dans l'emploi. On travaille aussi beaucoup avec le réseau des entreprises adaptées.

Sur notre rôle en délégation régionale, il est tout simplement de mettre en musique, de décliner sur le territoire, ces offres de services et ce, en lien étroit avec nos partenaires locaux pour que cela ait du sens.

Notre soucis à nous a été avant tout d'accompagner les entreprises avec la crise sanitaire. En déployant rapidement un panel de mesures spécifiques, qui permettent de les aider à sécuriser les parcours des personnes en situation de handicap pendant cette période de crise sanitaire.

Guillaume : Vous financez donc beaucoup de choses, notamment les Cap emploi de toute la France. Comment se passe la relation avec les Cap emploi ?

Emilie Oukoloff : Plutôt qu'une relation, je dirais qu'il s'agit d'un partenariat fort et de longue date avec un réseau de neuf structures et de plus de 200 professionnels dans le Grand Est. Le réseau des Cap emploi a une connaissance fine des besoins et spécificités du public et ça, c'est un élément essentiel quand il s'agit de construire des réponses adaptées.

Guillaume : Vous organisez également le cercle des référents, un groupe qui s’adresse aux entreprises qui souhaitent agir en faveur de l’emploi des personnes handicapées avec des échanges de pratiques, de projets interentreprises ou des constructions d’outils mutualisés. Cette proximité avec les employeurs et les entreprises doit être essentiel pour que les initiatives portés par l’Agefiph puissent apporter des résultats, avez-vous beaucoup d’entreprises participantes et qu’est-ce que la crise du coronavirus change actuellement ?

Emilie Oukoloff : Effectivement, dans le Grand Est, le cercle, il existe depuis plusieurs années et il s'est réellement étoffé au fil du temps : on a beaucoup d'entreprises adhérentes. Les rencontres entre référents sont organisées sur l'ensemble du territoire et plutôt en petit groupe pour permettre de réelles échanges de pratiques. Donc on est plutôt sur l'organisation de réunions assez nombreuses et dans des formats qui permettent des échanges et le partages d'expériences au sein des entreprises, en liant avec d'autres partenaires. Et également sur des formats de typo formations, réunions thématiques. Par exemple, le maintien en emploi ou le handicap psychique...

Alors, ce qui a changé avec la crise sanitaire, évidemment on ne peut plus vraiment se rencontrer (ou très peu) en présentiel ; mais c'est avant tout les besoins immédiats des entreprises qui ont changé avec l'impact économique très fort.

C'est une organisation du travail qui a été percuté complètement et qui doit être réadaptée avec la multiplications des priorités pour les entreprises. Notre soucis à nous a été avant tout de les accompagner sur ces volets là. En déployant rapidement un panel de mesures spécifiques, qui permettent de les aider à sécuriser les parcours des personnes en situation de handicap pendant cette période de crise sanitaire.

Par exemple, des aides pour la mise en place du télétravail, des aides pour des déplacements qui puissent s'effectuer en toute sécurité pour les personnes. Le soutien aux créateurs d'activités, les accompagner sur un diagnostic de situation pour leur permettre de rebondir, leur attribuer une aider financière complémentaire. Une aide supplémentaire pour le maintien en emploi qui va juste être déployée et sur laquelle les Cap emploi vont communiquer largement mais également des soutiens supplémentaires et des primes majorées à l'alternance. Et je peux vous dire que ces mesures on les a rendues effectives dans le Grand Est depuis le 1er mars parce que nous avons été touché très tôt par la crise : on s'est très fortement mobilisé.

Quand au cercle des référents, il se poursuit bien évidemment mais pour l'heure on s'est adapté aux priorités.

Les aides de l'Agefiph Les aides de l'Agefiph

Guillaume : Il y a aussi le rôle des activateurs d’égalité et leurs ambassadeurs, vous pouvez nous en dire deux mots avant de nous quitter ?

Emilie Oukoloff : L'Agefiph, en lien avec de nombreux partenaires : le conseil national consultatif des personnes handicapées, la caisse nationale de solidarité d'autonomie, Pôle Emploi, le réseau des Cap emploi, entre autre car il y en a d'autres, ouvrent une réflexion commune sous forme de consultation. Afin d'adapter et développer de nouveaux services en réponse à la crise du covid qui impacte déjà lourdement notre économie. Dans le but de  développer de nouvelles réponses, plus adaptées aux besoin des entreprises et des personnes en situation de handicap.  Toute personne, qui le souhaite, peut devenir ambassadeur d'égalité. L'idée est de pouvoir échanger dans son cercle professionnel, ou personnel pourquoi pas, à partir de thématiques qui ont été identifiées sur cette plateforme (voir lien ci-dessous) et de pouvoir contribuer sur ces thématiques. Ces contributions seront faites dans toute la France  et par un panel très large de partenaires.

Guillaume : Merci pour toutes ces explications, et d’ailleurs le rôle des activateurs d’égalité ce sera le sujet du prochain podcast car je suis moi-même un ambassadeur. Comme toujours nous allons nous quitter en musique avec Will You Whisper par Pierce Murphy. Au revoir à bientôt et merci de nous écouter de plus en plus nombreux notamment sur la station de radio mosellane RPL (tous les vendredi soir à 20h) ...

Radio RPL

Partager cet article


Les partenariats